24 janvier 2006

Nouvelle aire

Posté par Sandoz_Borsalino à 17:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 janvier 2006

LES NUITS FAUVES, Cyril COLLARD, 1992

Posté par Sandoz_Borsalino à 17:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 janvier 2006

les français parlent aux français 2

Posté par Sandoz_Borsalino à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2006

Apparition dans le metro

Posté par Sandoz_Borsalino à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2006

La Haine, les répliques cultes

C'est l'histoire d'une société qui tombe… Au fur et à mesure de sa chute, se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien. ». L'important c'est pas la chute… C'est l'atterrissage. C'est à moi qu'tu parles ??? C'est àààà mmmmooiii que tu parllees ?????? Quoi, quoi ? Ça t'arracherait les poils du cul de dire bonjour ? Vous êtes que des assassins ! Vous tirez hein ?! C'est facile ! Nous on n'a pas d'armes, on n'a qu'des cailloux ! Le pénis de Le Pen a peine... [Lire la suite]
Posté par Sandoz_Borsalino à 15:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 janvier 2006

LA HAINE, 1995, Mathieu KASSOVITZ Pour une fais les jeunes ne sont pas stygmatisés. Pas de gros clichés qui nous présente "le jeune de banlieue" comme un loubard fumeur de shit, dealer, analphabete... Vous visualisez? Le réalisateur ne nous présente pas une vision manichéenne du sujet.Les personnages son décrit avec brio, ils sont tres aboutit. Outre les trois junes: Said, Vinz et Hubert, le réallisatour nous offre une galerie de personnages. Aucun n'est laissé de coté, il nous raconte tous quelque chose; Dire que ce... [Lire la suite]
Posté par Sandoz_Borsalino à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2006

Posté par Sandoz_Borsalino à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2006

La course de la grosse femme

Posté par Sandoz_Borsalino à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2006

Les mains souillées de mon sang, je fouille mes entrailles. La couronne d’épines sur ma tête lacère mon cœur dans une douleur salvatrice. Les cris des succubes de la montagne raisonnent en moi. Les eaux noires et bouillonnantes se déversent par mes yeux et me noie. Les lames m’apaisent. Je sombre. Le bandeau sur mes yeux m’empêche de voir la lumière noire.             Jouez tambour, acclamez moi démon. Je vous reconnais, vous m’avez marquez au fer rouge. La brûlure de vos mains me punie.... [Lire la suite]
Posté par Sandoz_Borsalino à 00:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]