23 mai 2006

Tout commentaire est le bien venu!

Un jeune homme assis à une table. Face à lui un homme en toge blanche. A l’autre bout du plateau la même table, quatre chaises Jeune homme : Une fois j’ai pris mon vélo et j’ai roulé au hasard pendant des heures. Homme : Et alors ? Jeune homme : Et alors rien, j’ai roulé et puis j’ai eu faim alors je me suis arrêté dans ce café. Homme : Prés de la pompe à essence ? Jeune homme : Non avec la devanture verte… Homme : Ah oui. Jeune homme : Et y’avait cette fille aux cheveux vert, elle portait un ciré jaune et un... [Lire la suite]
Posté par Sandoz_Borsalino à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2006

    Ils étaient couchés sur le sable, côte à côte. Elle se demandait comment elle avait pu en arriver là. Elle sentait le moment ultime approcher. Elle ne pouvait plus revenir en arrière, il lui était impossible de renoncer à son projet. Comme si le faire était devenu sa destiné.     Il était allongé à coté d’elle. Sa respiration régulière et la chaleur qui se dégageait de son corps rendaient la tache encore plus difficile. Elle saisi son sac et approcha sa main de sa tête. Une tâche rouge s’étendit sur leur... [Lire la suite]
Posté par Sandoz_Borsalino à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2006

Les mains souillées de mon sang, je fouille mes entrailles. La couronne d’épines sur ma tête lacère mon cœur dans une douleur salvatrice. Les cris des succubes de la montagne raisonnent en moi. Les eaux noires et bouillonnantes se déversent par mes yeux et me noie. Les lames m’apaisent. Je sombre. Le bandeau sur mes yeux m’empêche de voir la lumière noire.             Jouez tambour, acclamez moi démon. Je vous reconnais, vous m’avez marquez au fer rouge. La brûlure de vos mains me punie.... [Lire la suite]
Posté par Sandoz_Borsalino à 00:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 novembre 2005

  Cries, hurles, implores, la foule autour ne t’entendra plus jamais. A genou, le froid métallique du revolver posé sur ta tempe raisonne dans tout ton corps. Tes membres ne répondent plus à tes ordres. Tu n’entends plus que ma voie. Tu es aveugle, Le vent t’entoure, tu trembles, tu as mal. Tu implores ta délivrance. Ta lucidité t’a perdus. Tu voudrais ne plus rien ressentir. Mais tu vas souffrir pour expier la faute de tes semblables.            La fin est proche, tu la réclames à cris. ... [Lire la suite]
Posté par Sandoz_Borsalino à 23:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]